29 juil. 2014

S'expatrier avec bébé... Et les grands-parents là-dedans?


Partir vivre à l'étranger... C'est une envie qui prend de plus en plus d'ampleur dans nos vies. La Belgique, on en a fait le tour. Je n'en peux plus de ce pays que je n'aime pas. Rien ici ne m'attire, certes, je n'ai pas à me plaindre de famine, ni de pauvreté, la vie est "facile". Mais justement, j'ai le sentiment de ne pas vivre. J'ai l'impression d'avoir tout vu ici, j'ai le sentiment que cet endroit n'a plus rien à m'apprendre et, qu'ici, il n'y a pas d'avenir pour nous, ni pour notre fille.

On parle beaucoup d'aller s'installer ailleurs. Cela fait des mois que l'idée nous trotte dans la tête. Je lis beaucoup de blogs d'expatriés en Amérique. Papafée a rencontré récemment un ancien camarade d'école qui est parti vivre 2 ans au Canada. Ce serait possible pour nous de partir vivre là-bas. J'ai un diplôme avec lequel je n'aurai pas de mal à trouver un job (j'ai déjà fait des recherches et je sais qu'il y a des postes vacants). Papafée n'aurait pas de mal non plus à trouver un emploi, il est très bon dans ce qu'il fait.

Je pense que ce serait possible pour nous de partir.


Seulement voilà, outre la peur du nouveau, il y a un autre tracas qui nous bloque... les grands-parents. Je suis fille unique et papafée l'est aussi quasiment. Nos parents respectifs n'ont que notre fille en guise de petit-enfant et y sont incroyablement attachés, ce qui est normal et nous fait plaisir. Alors comment pourrait-on leur faire ça? Comment pourrait-on vivre loin avec cette culpabilité au cœur? Savoir que l'on va faire souffrir les gens qui nous sont chers par notre décision.

Après à peine 2 semaines sans voir leur petite-fille, mes parents sont déjà presque en dépression. Ma belle-mère, quant à elle, voit minifée tous les vendredis. J'ai l'impression que nous serions des monstres à "enlever" ainsi leur petite-fille.

D'un autre côté, on n'a qu'une vie et les parents ne font pas leurs enfants pour les garder prisonniers (en principe). On devrait pouvoir suivre ses rêves et nos parents devraient nous y pousser.

Alors, je me demande, comment font les familles qui partent vivre à l'étranger? Comment faites-vous pour vivre avec cette culpabilité? Ou alors vous n'en avez pas? Mais comment faites-vous? Y a-t-il un secret? Si oui, j'aimerais bien savoir lequel...

Nous sommes devant un choix cornélien: soit nous restons pourrir ici en ayant l'impression que notre vie ne sert à rien MAIS nous restons proches des gens que nous aimons, soit nous partons vivre loin en tentant de vivre la vie de nos rêves MAIS en faisant souffrir tout le monde et en devant vivre avec une boule dans le ventre.

Pour le moment, c'est le choix n°1 qui prime car je sais que je ne pourrai plus me regarder dans une glace en sachant que tout le monde pleure en Belgique... Mais ce n'est pas vraiment ce que je veux...


Des familles d'expatriés parmi mes lectrices? Des témoignages seraient les bienvenus!











Et sinon, mon blog et moi, on est aussi là-bas:
     

36 commentaires:

  1. Je pense qu'il faudrait avoir une discussion franche avec les grands-parents. Je sais que ce n'est pas facile mais comme tu le dis, on a qu'une seule vie ! (et je te comprends tout à fait vàv de la Belgique mais chuut)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sur qu'il faudrait en parler mais où trouver le courage...

      Supprimer
  2. Je ne suis pas expatriée, mais nous avons voulu l'être et si je n'étais pas tombée enceinte de Lily J, il y a de grandes chances que nous ne serions pas en France aujourd'hui. Par contre, je vis loin de ma famille, les plus proches se trouvent à 120km de chez nous et c'est souvent système débrouille et galères : Un bébé malade le jour où tu dois être au travail et que tu ne peux pas te libérer sous aucun prétexte, pas de sorties à deux, devoir conduire l'autre à l'hôpital etc. Toutes ces petites choses pour lesquelles les personnes ayant de la famille vivant à proximité ne sont pas des problèmes et deviennent de vrais casse-tête quand on a personne de confiance à proximité. On voulait s'expatrier, une part de nous en rêve toujours, mais là tout de suite, on ne rêve que d'une chose : Se rapprocher de nos familles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que sans enfant, ce serait beaucoup plus simple! Comme tu le dis, vivre loin de ses proches ce n'est pas évident pour toutes les raisons que tu as citées. C'est clair que nos familles ont souvent pu nous dépanner. Quand les enfants sont petits, ce n'est vraiment pas facile. Mais quand ils sont plus âgés, il faut les couper de leur monde en partant et je ne suis pas sure que ce soit plus évident. En fait, je pense qu'il n'y a tout simplement pas de bon moment pour partir...

      Supprimer
  3. Si tu veux compliquer ta vie, viens en Chine (continentale) comme nous. Tout est compliqué, chaque geste au quotidien est un combat contre les bêtises humaines. Les bébés font pipi caca dans la rue comme les chiens, ils vont aux toilettes 2-3 en même temps, ils ne parlent pas ils crient, la foule partout... la foule indisciplinée bien entendu. La poste, les banques (chaque carte bancaire pour un truc à la fois/gaz/électricité/salaire etc), les hôpitaux publics si sales et irrespectueux, ils ne savent pas conduire mais les riches peuvent toujours payer quelqu'un pour aller en prison à leurs places, inscription à l'école vers 23 h 45 sans un lieu loin de tout, seuls les riches avec voitures vont pouvoir le faire, les scandales sanitaires tous les jours, le lait infantile qui tue les bébés, la pollution record, rien que pour l'ascenseur (fumée de cigarettes, poubelles, les gens qui ne te laissent pas sortir ni entrer) c'est déjà toute une histoire. J'ai toujours dit : ceux qui s'expatrient vers les pays comme Canada, U.S.A, ou les pays voisins de leurs pays... c'est vraiment de l'expatriation. De notre part, je viens de famille qui voyage tout le temps, venir vivre en Chine me rapproche de ma famille et ça force la famille de mon mari à voyager et c'est très bien comme ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui enfin bon, j'ai jamais dit que je voulais aller vivre en Chine... L'expatriation c'est quitter son pays natal pour n'importe quel autre pays, donc le Canada, oui c'est bien de l'expatriation. Je voudrais du dépaysement mais tout de même pas au point de la Chine. Par contre, c'est clair que ce serait plus simple si nos familles nous suivaient! Mais ce ne sera pas le cas, eux se plaisent bien en Belgique... Ça doit être très enrichissant d'être issu d'une famille de voyageurs, j'aurais bien aimé que ce soit mon cas!

      Supprimer
    2. Bah dis donc, on ne doit pas vivre dans la même Chine, c'est complètement caricatural ! Je suis enceinte et je vais accoucher dans un hôpital public, rien a redire de la propreté. Oui oui c'est vrai qu'on peut montrer du doigt la Chine et les scandale sanitaire, c'est pas comme si en France on préparait des plats au bœuf a base de cheval. Non mais qu'est ce qu'il ne faut pas lire, les factures se payent en liquide en plus. Faut être fou pour raconter de telles âneries.

      Bref pour répondre a l'expatriation, moi je ne culpabilise pas, maintenant il y a Skype et puis ça permet a la famille de voyager. Et ça fera de super vacances pour les enfants ;)

      Supprimer
    3. C'est sur que les enfants pourront aller en vacances chez les grands-parents et ça c'est génial! Skype, oui c'est chouette mais ça ne remplace tout de même pas les contacts physiques. Mais je trouve ça bien que tu ne culpabilises pas. J'imagine que ta famille doit tout de même être assez compréhensive.

      Supprimer
    4. Moi je vis loin des expats (et skype comme internet en Chine... bonjour la lenteur)... rien à dire sur la propreté en Chine... et d'après toi pourquoi youtube est censuré ? il y a des expats en Chine (les profs américains par exemple) qui n'ont jamais mis un seul pied à la banque (on les aides pour tout, jusqu'à ses derniers mois changement de loi...)il y a des expats qui vivent entre eux, là ils croient que la Chine c la belle vie... c pas caricatural ce que je parle, je connais Pékin, Shanghai, Shenzhen (pour avoir vécu) et HK (qui n'est pas vraiment la Chine... pas encore)... mais je vis avec les chinois, pas entre les expats. Tout ce que je dis c la vérité, et je connais aussi ceux qui vivent en Chine complètement entre eux, ils tiennent le même discours que toi (donc à quoi bon de s'expatrier...)

      Supprimer
    5. les factures se payent en liquide (et le salaire sur deux comptes bancaires pour tricher avec les impôts), le gaz etc payé à l'avance, j'ai vécu en chine dans les zones d'usines (zone interdite), dans les appartements 99%chinois, dans les hôtels de luxe (le service c pas du tout comme en Thaïlande ou Japon... rien à voir), en Chine, les chinois ne peuvent pas savoir le sexe du bébé (mais tu payes le médecin et c bon), si tu es chinoise, il faut avoir un appartement et mariée avant d'avoir un bébé et quand tu voyages, tes plans de "voyages" doivent être approuvés par le gouvernement (en gros tout le monde sait ce que tu vas faire), si tu habites telle zone, tu accouches tel hôpital (et quand tes laowai, c fou qu'on te force pour rester plus à l'hôpital pour te faire payer...) certains hôpitaux si tu dépasses 40sa bah t'es virée (c'est écrit) ou alors c césarienne (plus vite, plus cher), les hôpitaux propres en Chine, ça existe (j'ai vu en avril dernier en visitant une amie chinoise chanceuse d'avoir un mari laowai... mais elle n'est pas naïve, elle sait que les hôpitaux publics en Chine c nul d'ailleurs une amie a accouché dans un hôpital typique (les laowai c pas pour eux, ils doivent continuer à vivre dans le monde féerique), perte des eaux... attente sans lit/drap dans la salle pendant 10 heures et doit suivre partout les médecins sans aide pour les examens. Bon, je te parle pas d'un ami qui a vu une femme de ménage qui nettoie les chiottes... puis qui nettoie la salle de naissance avec les mêmes matériaux hein

      Supprimer
    6. je viens de voir le blog de celle qui m'a dit que c caricatural ce que j'ai dit, je suis soulagée car il me semblait bien que c pas vraiment une vraie voyageuse quoi.. on l'aide beaucoup dans sa vie en Chine alors elle ne connaît rien ou peu de choses c pas choquant pour moi, y'en a plein comme ça en Chine (ou ailleurs... je change de pays depuis mon enfance) et demande lui où elle trouvé une connexion rapide en Chine, parce que l'on a beau avoir le truc le plus rapide, dur dur de faire skype avec la famille. Je viens de relire ce que j'ai écrit, rien de caricature (et encore j'ai pas donné les détails), d'après toi pourquoi on passe les annonces sur l'achat de lait artificiel à l'aéroport de HK ? la pollution que l'on respire c de la caricature ? et je lui conseille d'aller dans un hôpital chinois (90% des gens) avant de dire des âneries

      Supprimer
  4. Bonjour Elodie,

    Comme tu le sais peut-être, je suis espagnole et cela fait douze ans que je suis partie à l'étranger (en France, puis en Belgique et de nouveau en France). Quand je suis partie j'étais encore étudiante et j'étais toute seule. Maintenant je suis mariée (à un français) et j'ai une petite de 14 mois. Et je suis fille unique, voilà la question qui fâche :-) Je peux sincèrement te dire que ce sentiment de culpabilité que tu décris je ne l'avais jamais eu avant de devenir maman. Depuis 1 an, depuis que je suis donc maman, j'essaye de ven ir plus souvent à Minorque, ça coûte cher mais j'ai décidé que je préfère ne pas m'acheter 10 jupes et faire que grands-parents et petite-fille puissent se voir plus souvent (mes parents travaillent encore, donc ils ne viennent pas souvent, et il faut aussi toujours penser aux finances!). A chaque fois que je quitte la maison de mes parents, que nous rentrons en France j'ai l'impression de leur arracher un trésor, à chaque fois que nous rentrons en France je pleure, ce qui ne m'arrivait pas avant... c'est un sentiment qui fait mal. Parfois quand je suis chez mes beaux-parents (qui habitent à 1 bonne heure de chez nous) je ne peux pas m'empêcher de penser à mes parents... Donc oui, réfléchissez-y bien ! Loin de moi de vouloir vous décourager, bien loin de là, puisque j'ai appris que, souvent, dans la vie il faut pensar à soi avant tout mais je sais que les enfants uniques culpabilisons pour beaucoup de choses... Et comme tu le dis ce serait peut-ètre différent si vous habitiez déjà á l'étranger au moment ou vous êtes devenus parents (ce qui m'est arrivé à moi) car en quelque sorte mes parents sont habitués à "cohabiter" avec cette absence..

    Bisous bisous, Belle journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage! Effectivement, ça ne me rassure pas mais je préfère avoir ton avis franc, au moins je sais à quoi m'attendre. Je pense que je réagirais comme toi, ce serait pleurs à chaque séparation. Mais la question est est-ce vivable au quotidien? Peut-on vivre en culpabilisant de la sorte? Tu rentres souvent voir tes parents à Minorque? J'imagine aussi le coût que cela doit être...

      Supprimer
    2. Je suis sûre, Elodie, que le quotidien serait tout à fait vivable puisque "on s'habitue" à tout ! Je peux t'assurer que c'est vrai.. les rendez-vous skype ne sont pas la même chose qu'un vrai contact physique mais c'est très bien aussi en attendant le jour du voyage, de la visite, etc. En plus, vu la manière dont tu parles, j'entends que tant toi que ton mari avez des bonnes relations avec vos familles respectives, ce qui veut dire qu'ils vous aiment fort et donc, ils comprendraient et soutiendraient votre décision. Malgré la peine qu'ils/vous puissent sentir tout se ferait de manière naturelle, parce que quand il y a de l'amour et de la compréhension rien ne devient un obstacle.

      Bisous bisettes !

      Supprimer
    3. Je pense aussi qu'on s'habitue à tout. Mais il doit être plus difficile de s'habituer pour les gens à qui on "impose" nos choix tu ne crois pas? Oui, nous avons de bonnes relations avec nos parents, je pense que certains comprendraient mais pas tous (ma maman par exemple). J'aime ta vision des choses :) Merci pour tes encouragements en tout cas, ça fait du bien de lire une expérience positive!

      Supprimer
    4. http://www.lepetitjournal.com/expat/famille/190736-atelier-journalisme-lexperience-des-enfants-expatries-2

      J'ai trouvé cet article que j'ai lu en diagonal mais cela peut, peut-être, t'intéresser !

      Supprimer
  5. Selon moi, tout dépend de la relation que tu as avec tes parents (et que papafée a avec les siens). Par exemple, je sais que quand je partirai de la maison, je n'aurai quasiment plus de contact avec mon père et mon copain voit très rarement ses parents aussi. A partir de là, c'est beaucoup plus facile de partir vivre à l'étranger je pense. Ta situation n'est pas facile mais tu devrais peut-être leur en parler en précisant bien qu'aucune décision n'est prise, que vous y pensez juste pour les raisons que tu viens d'évoquer. Ça ne coûte rien d'en discuter :)

    Bisettes ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage de ne pas s'entendre avec ses parents mais cela te permet de faire tes choix sans les prendre en compte. Personnellement, nous sommes tous les deux très proches de nos parents (d'où notre sentiment de culpabilité). Je pense qu'effectivement, nous devrions en discuter ou alors essayer de faire comprendre qu'on rêve d'autre chose mais c'est tellement dur!

      Supprimer
  6. Très intéressant d'avoir aborder ce sujet là, avec l'amoureux on est expats depuis 4 ans, ( 1 an en Angleterre, 3 ans au Nigeria) et on a une petite qui a 20 mois, la première petite fille pour mes parents et mes beaux parents. On ne s'est vraiment pas pris la tête concernant les grands parents, car nos choix nous les avons fait pour nous, notre avenir, et parce que c'est un mode de vie qui nous convient tout à fait donc la famille finit par comprendre,cela peut paraitre égoïste, mais on ne peut pas construire notre vie uniquement en fonction du besoin des autres, car cela finit souvent en frustration et au moins les retrouvailles sont souvent intenses, on apprécie chaque moment passé ensemble. Nos familles ont été compréhensives même si parfois c'est pas toujours simple pour eux, mais comme je te disais au moins on est super content de se revoir et on a des tas de choses à raconter. Si vraiment vous ressentez le desir de partir, discutez en avec vos familles respectives, c'est important qu'ils sachent les raisons de votre envie d'ailleurs et qu'ils comprennent que cela ne signifie pas ne plus se revoir ou ne plus avoir de nouvelles. Pour beaucoup l'expatriation a plus rapproché qu'éloigné les familles :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage! J'admire vos convictions, faire vos choix pour vous, et ce n'est pas du tout égoïste. J'aime beaucoup quand tu dis qu'on ne peut pas construire notre vie uniquement en fonction du besoin des autres. C'est tout à fait vrai. C'est sur que les retrouvailles doivent être intenses bien que certainement toujours trop courtes.

      Supprimer
  7. Ça fait trois ans qu'on vit au Canada, pour le moment nous n'avons pas d'enfant mais le jour où ça arrivera on aura pas nos familles auprès de nous, du moins pas autant qu'en France. D'un côté je suis bien ici mais d'un autre je me dis que ça sera difficile le jour où il y aura un enfant pour nos parents.
    Vous pouvez toujours partir pour une durée limitée en prévoyant un retour et le Canada donne des visas pour les grands-parents de plusieurs mois, je trouve ça chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est sympa le visa pour les grands-parents! Oui partir pour une durée limitée, si nous partons c'est de toute façon ce qu'on compte faire. Mais j'ai vraiment le sentiment que plus les enfants sont petits, plus ce sera difficile pour les grands-parents. Peut-être qu'après une dizaine d'années ce serait moins difficile pour eux, je ne sais pas. Les enfants restent "enfants" tellement peu de temps! Tu crois que tu resteras toujours au Canada une fois que vous aurez un enfant?

      Supprimer
    2. Je ne sais pas si l'on va finir au Canada, on est ouvert aux changements, parfois la France nous manque, parfois on veut tenter un autre pays. Pour le moment on est bien ici, on a eu notre résidence, on vient d'acheter un appart, je reprends des cours en septembre alors on se voit bien rester ici. L'avenir nous le dira cependant je ne me vois pas rentrer parce qu'on a un enfant, on rentrera que si on a de bonnes opportunités.

      Supprimer
  8. Salut,

    Je me pose les mêmes questions que toi!
    Nitre situation: jeune couple sans enfants qui partons dans 2 mois aux USA pour 2 ans. Là bas mon mari va travailler mais pas moi. Donc ben forcément on a parlé bébé et cela nous tente bien, d'autant que je ne travaillerai pas et je pourrais retrouver un emploi au retour sans se dire "ah oui mais si je prends un job et que je tombe enceinte dans 1 mois". Bref aux us ce serait l'ideal pour nous (et mon futur pro).
    Mais en meme temps, on sera loin de la famille, ma mere et mes soeurs commencent déjà a crier au scandale, qu'elle vont pas le voir, que si ya un souci je serais toute seule blablabla. Et tout un tas de petites phrases bien culpabilisantes.
    Mais en meme temps, j'ai pas envie d'attendre 32 ans pour avoir un bébé...
    Alors meme question que toi bebe en expat ou pas?

    A+
    Karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre famille n'est pas toujours super sympa quand même. Ces petites phrases culpabilisantes on s'en passerait bien! Si tu penses que c'est le bon moment pour toi d'avoir un bébé, alors vas-y. Mais encore une fois, seras-tu capable de vivre avec la culpabilité? C'est tellement compliqué... En tout cas c'est chouette votre projet aux USA :) Profitez-en bien!

      Supprimer
    2. Au final je vais avoir le choix entre :
      -culpabilité et bonheur d'avoir un bébé
      -pas de culpabilité et regret d'avoir attendu d'avoir plus de 32ans pour avoir un bebe...
      Jcrois que c'est ma vie quand meme.. Donc culpabilité! C'est dommage de ne pas suivre ses propres reves et envies toujours au profit des autres! Une personne epanouie et expat c'est toujours mieux qu'une personne pas bien mais proche?

      Supprimer
    3. Tu as raison. Je pense qu'il n'y a rien de pire que de vivre avec des regrets. Mais c'est plus facile de le conseiller aux autres que de l'appliquer pour soi!

      Supprimer
  9. Je suis dans le cas exact que tu évoques : expatriée au Canada avec une petite fille de 17 mois. Nous sommes partis quand elle avait 6 mois, nous avons fait les démarches pour partir alors qu'elle n'était pas encore née. Ca a été dur pour eux, ça le sera surement pour elle plus tard, mais le plus important à nos yeux c'était notre petite famille. On est heureux de la vie qu'on lui a créé ici. Nos parents la voient sur Skype, et elle a admirablement bien compris le principe. Quand mon père est venu la chercher à la garderie hier (ils viennent d'arriver en vacances), elle l'a reconnu. Mes parents sont déjà venus plusieurs fois en un an, mes beaux parents une fois. C'est dur pour eux mais on a jamais laissé planer un doute sur un retour possible (même si ça pourrait arriver), donc ils ont choisi de composer avec la vie qu'on s'était choisi. En tout cas, je t'assure qu'elle est toujours très proche d'eux, malgré la distance. Et je suis contente qu'elle ait cette relation un peu particulière qui fait qu'elle en profite à fond (et eux aussi) pendant les deux semaines où ils viennent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de voir que ça se passe bien pour vous! C'est bien que vos familles soient si compréhensives, malheureusement, je sais que ce ne sera pas le cas de mes parents... Par contre, c'est vrai que ça leur permet de profiter à fond les uns des autres quand ils se voient. Et tu ne t'es jamais sentie coupable de "priver" tes parents de leur petite-fille?

      Supprimer
  10. Bonjour!
    Moi aussi je vis en Chine (à Shanghai) depuis presque 6 ans,
    mon fils est né à Shanghai il y a 2 ans et 1mois!

    Biensur c'est dur de vivre loin de ses parents, (grds parents) mais les notres sont très heureux pour nous,
    ils viennent 1 fois par an, et nous rentrons l'été et à Noel, les moments que nous passons ensemble sont plus courts et très intenses mais on en profites beaucoup plus...
    En effet il y a skype, on s'envoie des vidéos, photos, c'est important, mais mine de rien nos parents sont très contents pour nous, de notre vie en Chine, ils ont aussi découvert ce pays grace à nous, et aujourd hui ne voudraient plus qu'on rentrent en france! ahaha (j'exagère biensur) mais serieusement ils aiment aussi beaucoup venir nous voir, voir mon fils evoluer avec se double culture (chinoise et française)
    ce n'ets pas facile tous les jours, (culture d'un autre pays, eloignement des amis, famille) mais c'est aussi notre choix et nous l'assumons.
    Je rentre d'ailleurs demain en vacances avec mon fils pour les vacances! papi et mamie nous attendrons samedi matin à Roissy, pour allez les chez en normandie: bref que du bonheur!
    Faites votre choix, mais il ne faut pas avoir de regret!
    vous pouvez toujours tentez le coup! rien n'est figé, à vous de vous lancer , au pire vous pourrez toujours allez ailleurs ou rentrer si ca ne va pas! :-)

    Bon vent à vous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waw c'est super que vos parents vous soutiennent à ce point dans votre style de vie! C'est vrai que ça leur permet de connaitre une autre culture, un autre pays grâce à vous.
      C'est vrai qu'on peut toujours tenter le coup, rien n'est figé mais il y aura néanmoins pas mal de conséquences si jamais on se plante (plus de travail, plus de logement, etc.).
      Mais tu as raison, il ne faut pas avoir de regret, ce qui est ma plus grande peur à l'heure actuelle...
      Bonnes vacances à vous! Bisous!

      Supprimer
  11. Salut,
    Comme beaucoup ici, l'expatriation (en Australie) est ce que nous avions prévu avec mon mari et finalement mon bébé est arrivé avant.
    Je suis enceinte d'un deuxième et on pense quand meme partir dans 2 ans, pour 2 ans pour commencer.
    Pourquoi? Parce que comme tu le dis, il faut aussi laisser place à ce que nous souhaiterions faire. Sinon cette idée va te consumer toute ta vie, jusqu'à ce que les regrets prennent place.
    Dans mon cas, mes parents et beaux parents vivent déjà à plus de 500-600km de chez moi. Du coup, nous ne les voyons pas souvent (4 fois par an). On a l'habitude de galérer, de ne pas avoir la vie intime que nous souhaiterions avoir, de connaitre des problèmes de garde.
    Evidemment, les grands parents (surtout du coté de mon mari) ne sont pas, mais alors pas du tout enchantés que nous partions. En clair, si on reprend leurs termes "on les prive de leur petits enfants". (Si nous partons ils ne les verront que 2 fois par an.)
    Mais bon, il faut aussi se dire qu'on veut partir car c'était notre projet avant d'avoir des enfants. Ensuite nous ne voulons partir que 2 ans pour essayer. Donc, je pense que dans ton cas, comme dans le mien, il ne faut pas se laisser culpabiliser. Si partir est ce que tu souhaites. Fonce (surtout que tu aurais des possibilités de job).
    Courage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai peur que cette envie ne me hante toute ma vie et finisse par me donner des regrets si je ne saute pas le pas...
      C'est sans doute plus facile si tu ne vois déjà pas beaucoup ta famille à la base, perso, je vois mes parents toutes les 2 semaines minimum.
      Je trouve ça horrible de dire ça à son enfant "tu nous prives de nos petits-enfants"... Justement, c'est bien ce que je crains si on décide de partir loin et je ne suis pas sure d'arriver à faire face devant ces propos.
      En tout cas, je te souhaite beaucoup de bonheur pour votre nouvelle vie en Australie! C'est une belle expérience!

      Supprimer
  12. Bonjour, partez vivre votre rêve, en famille :-)! Ce serait génial pour votre fille aussi. Je suis expat, c'est vrai, l'éloignement est dur, à cause de la famille, et encore plus lorsque nos parents vieillissent. Mais lorsque l'on se retrouve, les moments sont encore plus savoureux, savourés, et uniques! Les liens se renforçent, et lorsqu'on se retrouvent on passe du temps ensemble et de qualité!

    Bon courage, suivez vos rêves, et partir, c'est aussi revenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'imagine que les retrouvailles sont d'autant plus forte et que l'on profite encore plus les uns des autres!
      J'aime beaucoup ce que tu dis... Partir, c'est aussi revenir... C'est tout à fait ça!

      Supprimer
  13. Bon courage pour votre projet d'expatriation ! Je comprends votre dilemme même si je ne suis pas dans votre situation. Je ne sais pas trop comment je suis tombée sur cet article, mais la drôle de coïncidence c'est que je viens d'en poster un qui s'intitule "Partir" : http://mesk-elil.blogspot.com/2014/09/partir.html

    RépondreSupprimer

N'hésite pas à me laisser un p'tit mot, ça me fera plaisir ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...